Le voyage en avion

Le vol est prévu de Bruxelles à 11h, avec 9h de vol pour arriver à Chicago. Et ensuite redécoller vers Las Vegas pour 4h de vol.

9h de décalage horaire à l’arrivée prévue vers 18h heure locale, soit 3h du matin en Belgique. Ça va piquer.

Allez hop grand départ.

Nous nous sommes arrangés pour ne pas devoir laisser la voiture au parking pendant 2 mois (merci à Sergio !).

Nous sommes équipés de :

3 sacs à dos routard

2 grands sacs avec les sièges auto des 2 plus petits

1 bagage à main à roulette qui contient les affaires « au cas où on perdrait nos bagages soutes ». Je garde un petit stress d’une expérience en Afrique du Sud avec nos bagages qui nous ont suivis pendant plusieurs jours, sans nous parvenir 😊

1 petit sac à dos par personne (électroniques, jeux enfants, de quoi ne pas mourir de faim)

Enregistrement rapide, contrôle rayon X sans soucis. J’ai séparé les liquides et les électroniques ce qui a permis de vite les isoler, super rapide.

Il y a un peu de monde à la douane, mais nous avons largement le temps de prendre à déjeuner après tous les contrôles.

Petit casse-cou parle de l’avion depuis des semaines, alors il est super heureux de monter enfin dedans.

Le premier vol est le plus long. Heureusement, les 2 repas servis à bord, les films disponibles dans l’avion, les jeux électroniques disponibles sur l’écran sont d’une précieuse aide. Les tablettes ne doivent pas être sorties car tout est dispo dans l’avion.

Je me sers par contre de la liseuse où j’ai chargé quelques livres pour enfants (des mangas pour le grand et d’autres livres imagés pour les 2 petits). Cette liseuse a permis de se passer de la lourdeur des livres. Vraiment super utile. Elle contient aussi des livres pour moi car j’ai l’ambition d’arriver à lire un peu 😊 Il n’y a pas la couleur des images mais les enfants ne sont pas perturbés.

J’ai une KOBO (offerte par mes collègues pour mon anniversaire 🙂 ) et il y a pas mal de choix en livres enfants, pas tout, mais c’est suffisant.

J’ai aussi préparé un petit sac par enfants avec quelques surprises. De petits objets qui ne prennent pas de place.

Pour petit casse-cou : des mini voitures « cars », des petits animaux, de petits dinosaures.

Pour princesse : des mini princesses qu’on peut habiller, des petites figurines, des Polly Pocket, des petits bijoux, des pets shop.

Pour l’ado : des petites balles, une pâte à prout

Au milieu de tout cela, le vol se passe sans aucun souci.

Depuis quelques années, quand on arrive aux Etats-Unis, la procédure est relativement longue. Il faut remplir un questionnaire, passer devant une machine pour scanner les passeports, prendre des photos et les empruntes à partir de 12 ans et ensuite encore faire la file pour discuter avec l’agent de douane. Ça ne plaisante pas.

Et ensuite, quand on atterrit sur le sol américain pour la première fois, même si c’est une escale, il faut reprendre ses bagages. Heureusement on peut les ré enregistrer juste après et on n’a donc pas à les porter longtemps.

En passant par Chicago, il faut ajouter qu’on change de terminal. La file pour la navette est longue, et ensuite c’est reparti pour un agent des douanes, repasser aux rayons X (au milieu de nos sacs, il y en a toujours bien un qui ne passe pas et qui doit être contrôlé). Bref on avait 3 heures d’escale et c’est passé très vite.

On est bien vite dans l’avion. Depuis 2 jours, je savais qu’il y avait un problème avec les places de cet avion. Entre le moment où on a réservé et le jour du départ, plusieurs fois la compagnie nous a changé de places sans demander notre avis. En fait, à chaque fois, les sièges que j’avais sélectionné sont devenus des sièges « privilégiés » et donc payants. Dans ce cas, il vous mette ailleurs. J’ai pu rectifier mais ils l’ont de nouveau fait l’avant-veille. Plus moyen de s’organiser pour être à 5 alignés. Princesse et petit casse-cou sont censés être assis seuls… J’ai réussi à remettre 3 sièges côte à côte et les 2 autres ne sont pas loin. Grâce à quelques passagers, on finit par en avoir 4 alignés (3 l’un près de l’autre et 1 sur l’autre côté de l’allée centrae).

Vraiment pas terrible cette politique sur les sièges !

Malheureusement, il y a une maintenance à faire sur l’avion et on doit patienter 1h… après le décollage, on impose un dodo. Ça n’est pas trop difficile. A l’arrivée, tout se déroule sans soucis. On passe la douane, on récupère les bagages. Aucune voiture n’est directement à l’arrivée, il faut prendre une navette et aller dans un centre avec toutes les compagnies de location.

Le système américain est un peu particulier, la première fois, on doutait de ce qu’il fallait faire : on choisit en fait une catégorie, et on nous indique une zone. Dans cette zone, il faut choisir le véhicule qu’on souhaite. On peut prendre celui qu’on veut. Les clés sont dans les véhicules. A la sortie du parking, la personne scanne le véhicule choisit et l’associe à votre compte. Et vous êtes partis ! La première fois, ça a valu une petite discussion sur « prend-t-on le SUV prévu avec un grand coffre et une large banquette arrière ou une Ford Mustang parce que c’est une voiture de rêve » ? Rassurez-vous les enfants ont eu de la place, le choix ayant basculé pour le SUV. Mais c’était tentant 😊

Penser à vérifier :

  • l’état de la voiture (prendre en photo les rayures…)
  • l’état des pneus
  • photo du compteur
  • vérifier la roue de secours et le matériel pour changer les roues

On installe les sièges auto, on case les bagages et nous voilà parti. Le GPS est inclus dans la voiture (je n’ai pourtant pas choisi cette option) mais on a pris le nôtre alors comme on est plus habitué, on l’utilise. Le centre de Las Vegas est proche de l’aéroport.

On se gare au parking de l’hôtel Mirage.

Parking payant qu’on peut mettre sur la chambre. Pas besoin dans ce cas de payer le parking à la sortie. On peut utiliser la carte de la chambre pour sortir (on la conserve et ils ne la récupèrent pas). On peut utiliser tous les parkings de la chaîne MGM avec cette carte.

Après un enregistrement plutôt rapide, on grimpe dans les étages. On a réservé une chambre avec vue sur le volcan. Les enfants sont ravis et ça les aide à patienter en attendant le repas que papa est parti chercher. Après des pizzas prises dans le hall de l’hôtel et plutôt bonnes (déjà c’est de la mozzarella et pas du gruyère ou autre fromage), il est plus de 5h du matin heure belge quand on se couche. Les enfants s’endorment rapidement. Pour savoir comment s’est passé le réveil, n’hésitez pas à consulter l’article sur le décalage horaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *